Attyab oul Madâriss

Important

Les cours de fiqh (droit musulman) publiés sur ce site sont extraits du programme d'apprentissage des élèves de notre Madressah. Les règles présentées sont en accord avec les principes du madh-hab (école de jurisprudence) hanafite.
Tous droits réservés concernant l'utilisation commerciale ou collective de ces textes.

Qui est en ligne

Il y a actuellement 1 invité en ligne

Identification






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

Flux rss

Medersa.com

Statistiques

OS: Linux w
PHP: 4.4.9
MySQL: 5.5.55-0+deb7u1-log
Heure: 04:49
Caching: Disabled
GZIP: Disabled
Membres: 1104
Publications: 69
Liens: 6
Accueil
La foi en Allah (3) Version imprimable Suggérer par mail
Appréciation des utilisateurs: / 1
FaibleMeilleur 
Écrit par Mouhammad_Patel   
28-02-2007
Untitled 1

 La foi en Allah - Dieu (3)



3.  Croire qu'Il est exempt de tout défaut, de toute faiblesse et qu'Il possède, Seul, les Plus Beaux Noms (Al Asmâ oul Housnâ) qu'Il s'est donné et les Attributs de Perfection (As Sifât oul 'Oulyâ) qu'Il a affirmé pour Lui-même.

En ce qui concerne les Noms et des Attributs de Dieu, le musulman et la musulmane se doivent de garder à l'esprit que :

 

·       Il est nécessaire de confirmer l'ensemble des Noms et Attributs de Dieu qui ont été communiqués de la part d'Allah, que ce soit dans un Livre Révélé ou par la voix d'un Messager (alayhis salâm). On ne peut se permettre de Lui donner d'autres Noms (asmâ) que ceux qui ont été institués par la Révélation (tawquifiyyah) ; cependant, il est possible de faire usage de certains autres termes (comme al mawdjoûd – l'Existant) pour donner des informations au sujet d'Allah (et non pour Le nommer –bâb ous sifât awsa'ou min bâbil asmâ).

 

·       Allah ne ressemble à aucune de Ses créatures et rien ne Lui ressemble. Il affirme dans le Qour'aane :

 

لَيْسَ كَمِثْلِهِ شَيْءٌ وَهُوَ السّمِيعُ الْبَصِير

 

Il n'y a rien qui Lui est semblable et Il est Celui qui voit et qui entend.

(Sourate 42 / Verset 11)

 

وَلِلّهِ الْمَثَلُ الأَعْلَىَ وَهُوَ الْعَزِيزُ الْحَكِيمُ

 

(…) à Allah [Seul] est le qualificatif suprême. Et c'est Lui le tout Puissant, le Sage.

(Sourate 16 / Verset 60)

 

Le seul fait qu'un terme puisse être employé pour qualifier aussi bien le Créateur que la créature n'implique pas une quelconque similitude ou comparaison entre eux au niveau de la réalité exprimée par ce mot : bien évidemment, le terme en question, lorsqu'il sera utilisé au sujet du Créateur, désignera une réalité qui sied à Allah ; et lorsqu'il sera employé pour une créature, il désignera une qualité correspondant à celle-ci. En d'autres mots, ce n'est –par exemple- parce qu'Allah est "Al Hayy" (Il est Vivant) que la vie des créatures ressemble et est comparable à Celle de Dieu : la vie des premiers est éphémère (c'est-à-dire qu'elle est précédée de l'inexistence et elle a également une fin), tandis que la Vie du Créateur n'a ni début, ni fin (elle est Eternelle). De même, le 'ilm est une qualité commune à Dieu et à Ses créatures : néanmoins, il n'y a aucune comparaison possible entre la Science Divine (qui est Absolue, Eternelle et Parfaite) et la connaissance limitée et infime, acquise et temporaire des créatures.

 

·       Il est nécessaire d'apporter foi aux Noms et Attributs d'Allah tels qu'ils ont été énoncés, sans les altérer ni les vider de leur sens (min ghayri tahrîf wat lâ ta'tîl), sans se prononcer ni même s'interroger sur leur essence et leur "comment" (tafwîdh oul kayfiyah). L'Imâm Mâlik (rahimahoullâh), quand il avait été questionné au sujet de al 'istiwâ 'alal 'arch (l'Etablissement sur le Trône), avait répondu :

الاستواء غير مجهول والكيف غير معقول  والإيمان به واجب  والسؤال عنه بدعة

"Al istiwâ n'est pas inconnu (c'est à dire le sens de ce terme est connu en langue arabe) ; et le comment (de al istiwâ quand il est employé pour Allah) est inaccessible à la raison (ghayr ma'qoûl). Apporter foi (en al istiwâ) est nécessaire et de poser des questions à ce sujet (c'est à dire sur le comment) est une bid'ah (innovation religieuse)."

(Sounan Ibn Mâdjah – Volume 1 / Page 71)

 

Après avoir cité ces propos de l'Imâm Mâlik (rahimahoullâh), Moullâ Ali Qâri (rahimahoullâh) affirme que son contenu est en tout point conforme à ce que l'Imâm Abou Hanîfah (rahimahoullâh) a écrit dans "Al Fiqh oul Akbar". Il est à noter par ailleurs que dans ce traité sur la croyance, l'Imâm Abou Hanîfah (rahimahoullâh) insiste sur le fait que le musulman doit se garder d'interpréter les attributs divins, comme la "main d'Allah" par exemple : Il indique ainsi qu'il ne faut pas dire que cet attribut désigne la Puissance ou le Bienfait divin, car cela reviendrai à rejeter (ibtâl) une sifat d'Allah…[1]

 

·       Il faut à tout prix éviter d'attribuer et de reconnaître à autre que Dieu –qu'il s'agisse d'un pieux personnage (waliyoullâh), d'un ange ou même d'un Prophète (fût-il le plus grand d'entre eux)- des attributs qui Lui sont propres, comme l'omniscience, l'omnipotence…



[1] Réf : "Mirqât oul Mafâtîh" – Volume 8 / Pages 251 et 252

Dernière mise à jour : ( 28-02-2007 )
 
< Précédent   Suivant >